Introduction

Partager

Mode d’emploi – Introduction

Diversification Lab Software s’adresse en priorité aux traders qui utilisent plusieurs systèmes de trading au sein d’un même portefeuille. Par exemple ceux qui conçoivent leurs propres robots de trading, mais aussi ceux qui utilisent des services de copie de type Zulutrade ou des profils investisseur au sens de Darwinex… Mais ces outils sont également totalement applicables aux investisseurs traditionnels (d’où ils sont issus d’ailleurs). Toutefois, dans ce dernier cas, l’interprétation ou la façon de les utiliser peuvent varier de l’objectif initial présenté sur ce site.

Pour la suite, on va se donner deux objectifs:

  • 1 : sur la base d’un critère de rentabilité ou de risque (que l’on se fixe) comment identifier la quantité d’argent à attribuer à chaque système qui compose le portefeuille,
  • 2 : disposant de plusieurs systèmes dans son portefeuille : « comment déterminer si un (ou plusieurs) facteur caché n’a pas un poids trop important dans la constitution de ce dernier ».

Nous allons voir comment atteindre ces objectifs.

Précisons ce que l’on appelle le risque. On observe que la valeur d’un portefeuille évolue dans le temps et si l’on regarde à un intervalle de temps spécifique, par exemple tous les mois, les gains et les pertes (P&L) ne sont jamais les mêmes. C’est dans ce cadre que nous allons nous donner une définition du risque. Et on va le définir de la façon suivante: « le risque que l’on prend, c’est une future perte possible en argent ».

Remarquons qu’ici, on ne se pose pas la question de savoir si cet évènement redouté (perte possible d’une certaine somme) est fortement probable ou pas. On se placera toujours dans un cas défavorable : on sait qu’elle existe et on l’évalue de façon à pouvoir se dire « si je me place dans un cas qui m’est défavorable alors je risque de perdre cette somme d’argent ».

Nous verrons par la suite que le risque d’un portefeuille de systèmes de trading peut être ajusté en faisant en sorte que chaque système qui le compose impacte plus ou moins sur le résultat de ce dernier.

Abordons maintenant le sujet de la diversification. L’image la plus fréquente consiste à dire qu’il ne faut pas mettre ses œufs dans le même panier. L’idée est la suivante : si nos œufs sont répartis, par exemple, dans trois paniers, si l’un tombe alors les œufs des deux autres ne seront pas cassés. En finances traditionnelles, cela consiste souvent à multiplier les titres qui composent un portefeuille. Dans le cadre d’un portefeuille de systèmes, cela revient à en utiliser des différents qui ont des gains et des pertes non corrélées. Mais cette façon de faire possède un gros défaut : les systèmes peuvent tous dépendre d’un facteur extérieur commun et caché. Et même s’ils ont des résultats non corrélés, si ce facteur extérieur évolue négativement, alors tous les systèmes qui en dépendent feront de même.

Un cas simple à comprendre concerne le biais haussier (ou baissier) d’un système de trading.

Par exemple, si l’on a deux robots de trading travaillant sur un même sous-jacent avec chacun un biais haussier (i.e. qu’ils sont rentables tous les deux parce que le sous-jacent est lui-même en tendance haussière). Alors même s’ils ont ponctuellement des résultats indépendants, il suffira d’un changement de tendance pour réduire dans le même temps le résultat des deux systèmes et par conséquent celle du portefeuille. Ici la diversification s’entend: « comment avoir des facteurs explicatifs de la rentabilité les plus divers possibles afin de rendre le portefeuille le plus robuste aux défaillances ».

Défilement vers le haut